Retrait de permis : une sanction possible si l’on téléphone au volant

0
3408
Cropped Te Le Phoner Au Volant Pourrait Entrai Ner Un Retrait De Permis

Retrait de permis : la prévention routière pourrait devenir plus stricte

Désormais, le retrait de permis de conduire pourrait devenir une sanction, en cas d’utilisation de son téléphone portable en conduisant. Cela, si l’on cumule plusieurs infractions en même temps. De fait, Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, a annoncé cette mesure ce lundi sur Europe 1.

Un durcissement possible de la prévention routière

Bientôt, les automobilistes pourraient subir un retrait de leur permis, s’ils commettent une infraction routière tout en téléphonant. En effet, un article de la Loi d’Orientation Mobilités pourrait valider cette suspension, dans les prochaines semaines. Ainsi, le Gouvernement a décidé de renforcer les mesures dissuasives, pour limiter les conduites à risques. Pour cela, un futur article de loi prévoit une sanction plus dure, pour les automobilistes dangereux. Plus particulièrement, ceux qui utilisent leur téléphone portable pendant qu’ils commettent un délit en roulant. Par exemple, griller un feu rouge ou un stop, ou couper une ligne blanche. Le retrait de permis prévu serait alors provisoire. Son but étant surtout d’obliger à changer de comportement au volant.

Retrait de permis : une punition pour faire prendre conscience

Emmanuel Barbe l’a expliqué, l’objectif de ce nouvel article est clairement de « […] casser les pieds des récalcitrants ». Tout en précisant aussi que la sécurité routière n’a pas pour vocation de priver de permis pendant des mois les automobilistes fautifs. Cependant, cette mesure envisagée s’appuie sur un constat simple : une communication téléphonique au volant multiplie les risques d’accident par trois. Cette statistique remonte à 2017. Elle provient de l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, expert dans ce domaine. Or, 70 % des conducteurs interrogés admettent qu’ils se servent de leur téléphone en conduisant. Parfois, cette addiction peut engendrer des catastrophes.

Une évolution dans la répression

Un conducteur qui téléphone risquera peut-être un retrait de permis.
Le retrait de permis en cas d’usage de son portable au volant pourrait être appliqué.

Actuellement, la police n’applique le retrait de permis qu’en cas de conduite en état d’ivresse, ou sous l’influence de stupéfiants. Par ailleurs, cette sanction intervient également si un excès de vitesse de plus de 40 km/h est constaté. Aujourd’hui, un conducteur qui utilise son téléphone, ou des écouteurs au volant, risque une amende forfaitaire de 135 euros. Assortie d’un retrait de trois points sur son permis. En cas d’infractions cumulées, les sanctions s’additionnent. Le problème, qui explique ce nouvel article de loi, c’est qu’une simple contravention n’est pas assez dissuasive pour certains.

Un décret attendu

La mesure annoncée par Emmanuel Barbe pourrait s’appliquer par décret dès la rentrée. Néanmoins, les associations qui s’occupent de prévention routière et des droits des automobilistes souhaitent privilégier la pédagogie plutôt que la sanction. D’ailleurs, elles espèrent que les forces de l’ordre expliqueront bien cette nouvelle mesure, si elle passe, aux conducteurs sanctionnés. En effet, réussir à changer leurs comportements apportera toujours des résultats plus durables qu’un simple retrait de permis.