Sécurité publique : un budget en hausse

 

Plusieurs portraits de policiers

Le Gouvernement considère la sécurité publique comme une priorité. Celle-ci continue donc de bénéficier d’un traitement de faveur. Cet avantage lui permet de faire partie du cercle privilégié des budgets ministériels en hausse.

Une dynamique enclenchée

Vue de l'Assemblee Nationale

L’Assemblee nationale a vote un budget elargi en faveur de la securité publique

L’année dernière, l’Assemblée nationale avait déjà attribué une hausse de 400 millions d’euros à la sécurité publique. Ce 7 novembre, elle a voté une nouvelle augmentation de 335 millions d’euros. Une décision prise en première lecture du projet de loi de finances 2019. Ainsi, la Mission Sécurités dépassera le budget de 13 milliards d’euros. Comparée à 2018, l’augmentation accordée s’élève à près de 2,5 %.

Plus d’effectifs

En 2019, le nombre de policiers et de gendarmes augmentera de 2.500 nouveaux postes. Parmi eux, plus des deux tiers profiteront à la police nationale. La gendarmerie héritera du reste. Sur le terrain, les zones rurales bénéficieront d’une partie de ces nouveaux recrutements. Le rapporteur pour la commission des Lois, Jean-Michel Fauvergue, a annoncé cette décision. Soutenu par le nouveau ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, l’objectif de créer 10.000 nouveaux postes d’ici 2022 progresse. Depuis la mi-octobre, Christophe Castaner a succédé à Gérard Collomb. Aujourd’hui, il veut que les moyens des forces de sécurité soient « restaurés ». Cette nouvelle mesure confirme sa volonté. Ainsi, il souhaite que cet engagement soit  « exécuté méthodiquement ». De fait, son choix intervient à un moment où la menace terroriste reste forte sur le territoire.

Une logistique améliorée

Les conditions de vie des policiers et des gendarmes seront améliorées. Pour cela, 300 millions d’euros seront attribués à la rénovation de leurs locaux. Par ailleurs, de nouveaux espaces seront construits. De plus, leurs équipements seront aussi modernisés. Afin qu’ils utilisent des véhicules neufs, ceux dont ils se servent étant trop âgés, 5.800 véhicules arriveront en 2019. Enfin, l’année prochaine, les forces de l’ordre recevront 14.000 caméras-piétons supplémentaires. En matière d’équipements numériques, les policiers utilisent trop souvent des tablettes, des smartphones et des ordinateurs dépassés. Ils seront donc en partie remplacés. L’ensemble de ces dispositions en faveur de la sécurité publique devrait tempérer les critiques de l’opposition. En effet, depuis plusieurs mois, celle-ci reproche à l’exécutif des recrutements insuffisants. Par ailleurs, elle considère que les équipements des policiers sont « d’un autre âge ». Certains ont même plaisanté, déclarant que certains matériels devraient être mis dans des « musées ».

Le Bulletin des Communes suggère également de lire cet article publié dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/02/09/la-police-confrontee-a-des-difficultes-de-recrutement_5254237_1653578.html