Seine-et-Marne : aménagement du très haut débit

0
205

Le 2 mars dernier a été lancé la délégation de service public attribuée à COVAGE par le syndicat mixte Seine-et-Marne numérique. Cette délégation de service public permettra l’accès à la fibre optique pour chaque abonné grâce au réseau Sem@fibre77. COVAGE a pour objectif le déploiement d’un réseau de fibre optique à très haut débit afin de pouvoir desservir 50% des Seine-et-Marnais d’ici 2024 et 99% en 2029. Sidney Hue, directeur de concession chez COVAGE répond à nos questions.

BdC : Bonjour. Pouvez-vous nous présenter le groupe COVAGE?
S. Hue : Le groupe COVAGE est un opérateur d’infrastructures très haut débit qui accompagne les collectivités dans le déploiement de la fibre optique sur leur territoire en investissant à leur côté. Nous concevons, construisons et exploitons des réseaux de télécommunication dits « réseaux d’accès ouverts ».
BdC : COVAGE est aujourd’hui le premier opérateur d’infrastructures neutre et indépendant à avoir fait le pari de la fibre optique, un atout pour Sem@fibre77?>
S. Hue : Oui, cette neutralité c’est de ne pas être attaché à un opérateur de services, il n’y a donc aucun conflit d’intérêt ; nous misons plutôt sur la concurrence en faisant venir tous les opérateurs sur le réseau afin de permettre aux particuliers d’avoir le plus de choix possibles en terme d’offre.
BdC :  L’enjeu est sociétal ; il va s’agir de mettre à disposition du grand public un accès Très Haut débit.
S. Hue : Oui effectivement ce sont à la fois les modes de déplacement sur le territoire qui peuvent évoluer, la possibilité de travailler à domicile ou simplement de se connecter avec le monde entier très facilement pour jouer en ligne ou aller sur des réseaux sociaux. Nous nous inscrivons dans la résolution des territoires de Seine-et-Marne de couvrir tous les secteurs professionnels publics et privés : un véritable challenge technologique destiné à répondre et développer les services du XXIe siècle. Ce projet a pour vocation de servir tous les Seine et Marnais, sans laisser personne de côté. C’est une volonté politique et cela correspond bien à une délégation de service public : ce n’est pas une obligation mais bien un vouloir de desservir la totalité de la population. Je crois que l’on travaille ici pour l’avenir et que l’on va laisser quelque-chose de très important aux générations à venir.