Incendie de Notre-Dame : Paris touché en plein coeur

0
1787
Un terrible incendie a ravagé une grande partie de Notre-Dame, à Paris.
Un très violent incendie a anéanti la toiture de Notre-Dame, à Paris.

Incendie de Notre-Dame : une douleur et un choc immenses

L’incendie de Notre-Dame, qui a gravement ravagé l’édifice, aurait commencé hier, lundi 15 avril, vers 18h50, dans les combles de la cathédrale. Ensuite, il aurait atteint l’un des échafaudages du chantier, situé sur le toit. Dévorée par les flammes, la majeure partie de la toiture et de la charpente du monument est partie en fumée. De plus, la flèche de 93 mètres s’est effondrée. Après plusieurs heures d’efforts intenses, les 400 pompiers mobilisés sont parvenus à sauver la structure du bâtiment et ses deux célèbres tours.

Des réactions internationales spontanées

A l’étranger, Donald Trump a été le premier chef d’état à réagir, face à la catastrophe. Il s’est ému d’un incendie « horrible », suggérant que l’on utilise vite des avions Canadair pour maîtriser les flammes. Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel, a réagi par ces mots: « […] Toutes nos pensées à nos amis français. Nous sommes à leurs côtés. » De la même façon, Theresa May, la première ministre britannique, a tenu à adresser ses « pensées » de solidarité aux Français. Le Vatican a aussi exprimé sa « proximité » avec tous les catholiques français. Ainsi, son communiqué a transmis : « Le Saint-Siège a appris avec incrédulité et tristesse la nouvelle du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, symbole de la chrétienté, en France et dans le monde. » Dans le monde entier, de nombreux pays ont spontanément manifesté une réelle et vive émotion.

A Paris

La maire de Paris, Anne Hidalgo, s’est rendue très vite sur place, pour constater l’ampleur du désastre. Rapidement, elle a tweeté à quel point elle était bouleversée : « Je n’ai pas de mot assez fort pour exprimer la douleur que je ressens face à Notre-Dame ravagée par les flammes. Ce soir, tous les Parisiens et Français pleurent cet emblème de notre histoire commune. » Malgré tout, elle a aussi cité la devise de la Capitale, « Fluctuat nec mergitur. », pour affirmer « De notre devise, nous tirerons la force de nous relever. »

Des responsables politiques unanimes

Face à cette catastrophe sans précédent, au-delà de tous les clivages politiques, de nombreux responsables se sont exprimés. Bruno Le Maire, ministre de l’économie, a témoigné : « Totalement bouleversé par l’incendie de Notre-Dame de Paris : notre histoire millénaire, notre mémoire, notre culture touchées au cœur ». De son côté, Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise, a déclaré qu’il était « sidéré » en découvrant cet « immense malheur ». Au-delà de toutes les sensibilités, des témoignages de grande tristesse se sont fait entendre. Par ailleurs, une solidarité unanime avec les pompiers, qui ont évité le pire, a été exprimée par toute la classe politique.

L’Unesco aux côtés de la France

Hier, un terrible incendie a ravagé la cathédrale de Notre-Dame de Paris.
Un très violent incendie a partiellement détruit la cathédrale de Notre-Dame, à Paris.

Audrey Azoulay, directrice générale de l’organisation des Nations unies pour la culture, l’Unesco, a aussi tweeté rapidement son soutien. Elle a précisé qu’elle se tenait aux « côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable. » De fait, la cathédrale gothique, bâtie sur l’île de la Cité, est inscrite au Patrimoine mondial de l’humanité depuis 1991.

La reconstruction

Face à l’importance de cette catastrophe, Emmanuel Macron a décidé de reporter son allocution télévisée, pourtant très attendue. Hier soir, après s’être rendu deux fois sur place, très ému, il a affirmé avec force : « Nous rebâtirons Notre-Dame. » Pour cela, une souscription nationale a été lancée, dès aujourd’hui. Le président de la République a déclaré : « Nous rebâtirons Notre-Dame parce que c’est ce que les Français attendent, parce que c’est ce que notre histoire mérite, parce que c’est notre destin profond. »

Le Bulletin des Communes suggère aussi de lire l’article de l’Express :