Tourisme de mémoire : la Normandie en première ligne

0
534
Le patrimoine culturel français doit mieux se faire connaître.
La région normande a été marquée par des faits historiques majeurs.

Tourisme de mémoire : un secteur qui se développe

Le tourisme de mémoire constitue l’un des atouts les plus attractifs de l’offre touristique française. En effet, ce tourisme s’appuie sur de nombreux sites, marqués par des conflits historiques. En visitant ces lieux chargés de culture, le public contribue au dynamisme économique des territoires. Chaque année, cette activité attire environ 20 millions de visiteurs dans l’Hexagone. Près de la moitié sont des touristes internationaux.

Les célèbres sites de Normandie

Marquée par les plages du débarquement, la région normande a développé depuis cinq ans une hausse de 25 % de son tourisme de mémoire. Cela, à travers de nombreuses commémorations. A la fois civique et pédagogique, cette activité permet d’entretenir et de transmettre un patrimoine marquant. Il concerne beaucoup les nouvelles générations. A travers ses vestiges de conflits majeurs, la Normandie est l’une des régions les plus riches en souvenirs historiques. En célébrant les anniversaires du débarquement allié, la région joue un rôle important dans le tourisme de mémoire français. Elle l’a rappelé en honorant le Centenaire de la Première Guerre. Grâce à l’action de l’Etat et de la Direction Générale des Entreprises (DGE), ce segment touristique historique progresse. Pour se développer, il est notamment soutenu par la Direction des Patrimoines de la Mémoire et des archives du Ministère des Armées (DPMA).

Un label dédié

Le tourisme de mémoire met en avant le patrimoine culturel et historique des territoires.
Le tourisme de mémoire permet de valoriser les événements historiques qui ont façonné les régions.

Au niveau national, la Direction Générale des Entreprises a créé une charte éthique. Désormais, celle-ci est concrétisée par un label : « Qualité Tourisme ».  Ce label est propre aux lieux de mémoire. Pour l’obtenir, tous les sites de mémoire doivent maintenant s’y conformer. L’année dernière, 32 sites de mémoire l’ont obtenu sur le territoire national. Conjointement avec la DPMA, la DEG soutient le développement d’outils numériques innovants. Ils sont conçus pour améliorer l’expérience des visiteurs des sites historiques. Depuis 2011, l’événement biannuel des Rencontres du Tourisme de Mémoire permet d’améliorer les politiques publiques conduites dans ce domaine. Le 4 octobre 2018, la quatrième édition de ces Rencontres a eu lieu à Strasbourg. Ce rassemblement a permis de préparer les événements prévus après la commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale, célébrée le 11 novembre 2018.

Les contrats de destination

Pour soutenir les principaux acteurs du secteur tourisme de mémoire, un outil a été créé : le contrat de destination. Il doit servir à placer la Normandie en tête des destinations internationales dédiées à la Seconde Guerre mondiale. Ce type de contrat, soutenu par la DEG, doit permettre d’augmenter la fréquentation des sites historiques normands. Evidemment, il favorisera des retombées économiques positives pour la région. Avec ce dispositif, la Normandie veut renforcer son rôle touristique dans le monde. Ainsi, elle souhaite aussi symboliser des valeurs de paix et de liberté.