Transports : les droits des voyageurs renforcés

Train en gare

Jeudi dernier, le Parlement européen a voté un texte en faveur d’une meilleure protection des voyageurs. Il concerne les déplacements ferroviaires et aériens. D’ici 2020, en cas de retards, les usagers devraient bénéficier de remboursements automatiques. Ce texte contrarie beaucoup la SNCF, qui craint qu’il n’entraîne une baisse importante de ses bénéfices.

Les retards de transports prochainement sanctionnés ?

Passagers retardes

Les billets des passagers retardés pourraient être automatiquement remboursés.

Au Parlement européen, les transports de voyageurs ont dernièrement fait l’objet de débats. Ainsi, les droits des utilisateurs de trains pourraient bientôt se renforcer, en cas de retards ou de trajets annulés. Selon un texte proposé, un remboursement de la moitié du prix du billet de l’usager pourrait être automatique, en cas d’une heure de retard. Si ce retard atteint deux heures, ce remboursement pourrait alors être intégral. De plus, les eurodéputés ont rejeté toute clause atténuante, justifiée par d’éventuelles circonstances exceptionnelles (fortes intempéries, etc.). Par conséquent, les compagnies ferroviaires ne pourront pas se réfugier derrière ce motif pour éviter de payer. Par ailleurs, si un retard de train faisait manquer une correspondance, le texte proposé prévoit qu’un train de remplacement soit automatiquement prévu. La SNCF n’a pas apprécié ce durcissement envisagé, qu’elle considère comme contraire à ses intérêts.

Des services à la personne renforcés

Ce nouveau texte prévoit aussi un accueil amélioré des personnes à mobilité réduite. Au total, cela représente 80 millions de passagers dans toute l’Union Européenne. Ainsi, les gares importantes devront faire en sorte de mieux prendre en charge les personnes handicapées pour leurs transports. A relativement court terme, cela implique de faire des aménagements adaptés. Cependant, pour les gares qui reçoivent des volumes importants de voyageurs, entre 2.000 et 10.000 par jour, les personnes handicapées devront les informer 3 heures avant leur arrivée. Pour les gares gérant un trafic moins important, de moins de 2.000 passagers quotidiens, ce délai sera étendu à 12 heures. Enfin, pour les passagers cyclistes, les compagnies ferroviaires devront aussi prévoir au moins huit places de vélo par train.

Une validation en suspens

Avant que ces nouvelles propositions ne soient définitivement validées, les représentants du Parlement européen, des Etats et de la Commission Européenne devront d’abord s’accorder. Dans un premier temps, cela leur permettra de s’entendre sur une version commune du texte présenté. Ensuite, la mise en place des nouvelles dispositions pourra s’effectuer.