Pathologie handicapante : l’importance du diagnostic

0
277
pathologie-diagnostic-handicap

Une confirmation nécessaire.

Un retard dans le développement d’un enfant n’est pas toujours défini dès sa naissance. Dès que des signes ou un comportement sont considérés comme indicateurs d’un trouble, il est primordial d’effectuer un dépistage afin d’établir un diagnostic, ce qui permettra une prise en charge adéquate.

pathologie-diagnostic-handicapUn examen précoce fait par un professionnel spécialisé est souhaitable pour l’enfant, mais aussi pour son entourage. Cela lui permet d’adopter un comportement adapté, et de ne plus rester dans le doute.

Parfois, le diagnostic d’un handicap peut s’établir jusqu’à plusieurs mois après une naissance. Certains signes d’un retard de développement peuvent ne pas être tout de suite remarqués. Ils prennent généralement la forme d’un manque d’intérêt marqué pour toute activité, une absence de communication spontanée, un repli sur soi, parfois des colères imprévisibles ou un manque d’hygiène. Tout comportement qui crée une gêne chez les autres enfants ou qui inquiète l’entourage doit être pris au sérieux. Si les anomalies persistent, il faut consulter un spécialiste, après en avoir discuter avec un médecin. Dans la grande majorité des cas, un diagnostic peut alors être posé. En cas de doute, des examens médicaux sont parfois nécessaires.

Établir un diagnostic le plus tôt possible est toujours positif, pour l’enfant comme pour son entourage. Cela favorise les chances de progrès, notamment dans le cas de troubles comportementaux ou de difficultés de communication.

Dès l’instant qu’une pathologie a été identifiée, la mise en place d’une action thérapeutique est possible. Cela permettra à l’enfant de progresser, de l’apaiser en cas d’angoisses, et de favoriser son épanouissement. Seule une évaluation précise d’un trouble permet une prise en charge adaptée et un accompagnement adéquat. Pour la famille de l’enfant, le diagnostic permet d’adopter la bonne attitude face aux troubles.