Culture et handicap : un mariage qui se révèle difficile

0
299
culture-et-handicap

Une exclusion discrète.

Le Sénat, conscient de la difficulté pour les personnes handicapées de profiter normalement de la culture, vient de demander dans un rapport la mise en place urgente de mesures qui devraient aplanir certaines difficultés. Notamment en ce qui concerne l’accès aux lieux culturels, dont les tarifs restent élevés, et qui n’appliquent pas de prix préférentiels et encore moins de gratuité.

Après avoir réalisé une étude qui a duré 2 ans, le groupe de travail Culture et Handicap vient de rendre ses conclusions publiques. Celles-ci font apparaître que les personnes handicapées sont largement absentes des pratiques culturelles, aussi bien en tant qu’acteurs qu’en tant que spectateurs. Un constat négatif, malgré un nombre important d’actions déjà menées sur le terrain, mais qui ne parviennent toujours pas à intégrer véritablement les personnes porteuses d’un handicap dans la vie culturelle française. Une forme d’exclusion sous-estimée, dénoncée par la sénatrice Nicole Duranton, qui a déclaré à la presse que cette frontière invisible imposée aux personnes handicapées ne les empêchait pas seulement de se cultiver, mais les privait en plus de la possibilité de créer elles-mêmes. Or, selon la sénatrice, « […] l’accès à la création est un enjeu majeur car il est vecteur d’émancipation et crée du lien social. »

Pour améliorer cette situation difficile, le Sénat lancera à la rentrée une campagne de communication consacrée au thème « Handicap et Culture ». Cette initiative aura pour but de répertorier et d’encourager toutes les initiatives nationales tournées vers la culture et l’expression artistique qui incluent des personnes handicapées. La sénatrice centriste Catherine Morin-Desailly, présidente de la Commission, a insisté sur l’aspect clivant du coût de l’accès aux lieux culturels, qui constitue « […] un frein indéniable, surtout lorsqu’il est mis en regard du montant de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH). Celui-est en effet à peine supérieur à 800 € par mois.