Simone Veil : une figure visionnaire des droits du handicap

0
378
simone-veil

Une femme à l’origine d’avancées historiques.

Simone Veil, décédée ce 30 juin 2017 à 89 ans, a profondément marqué la vie politique en faisant voter la loi autorisant l’interruption volontaire de grossesse. Il est cependant utile de rappeler que l’ancienne ministre de la Santé, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, avait aussi fait adopter la première loi à propos du handicap, le 30 juin 1975.

Militante convaincue des droits des femmes, qui restera dans l’histoire comme la ministre qui a permis de légaliser l’avortement en 1974, sous la présidence de Jacques Chirac, Simone Veil a aussi beaucoup fait avancer la situation et le statut des personnes handicapées. En effet, depuis 30 ans, sa loi d’orientation datée du 30 juin 1975 représente la clef de voûte de tout l’édifice des mesures sociales prises en faveur du handicap en France. Un fait que Jean-François Ravaud, Directeur de l’Institut fédératif de recherche sur le handicap, tient à souligner. C’est à partir du texte promulgué par Simone Veil que les commissions COTOREP et CDES, créées pour reconnaître l’état de handicap et attribuer les prestations qui en découlent, ont été instaurées. Bien qu’essentiellement basée sur la création d’établissements spécialisés, cette loi, que l’on peut certes considérer comme insuffisante, a permis une avancée sociale importante dans la prise en charge du handicap dans l’Hexagone.

Au cours de l’année 2002, Simone Veil, consciente de la nécessité d’une évolution, a été entendue au Sénat pour exposer son projet de révision de sa première loi d’orientation. Cette audition a permis, en 2005, la validation d’une seconde loi-cadre, destinée à favoriser « […] l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. » Cette nouvelle avancée restera également une autre étape importante à porter au crédit du travail considérable réalisé par Simone Veil, grande humaniste et figure emblématique du droit des femmes, autant que des droits de tous les citoyens.

Pour lire l’intégralité du texte de la loi du 30 juin 1975 : legifrance