La Seine-et-Marne s’ouvre à un nouveau fournisseur d’accès Internet

0
388
covage-seine-et-marne

Une montée en puissance.

Grâce à la structure RIP présente en Seine-et-Marne, la société Covage a prévu de déployer rapidement la fibre optique dans près de 40.000 foyers, par l’intermédiaire de son réseau Semafibre 77. Celui-ci s’étendra à une cinquantaine de communes du département, parmi lesquelles : La Ferté-Gaucher, Nangis, Provins, Bois-le-Roi, Presles-en-Brie, Poigny, Neufmoutiers-en-Brie, Condé-sainte-Libiaire et Le Chatelet-en-Brie.

covage-seine-et-marneL’ensemble des foyers concernés pourront bénéficier, par le biais du réseau Semafibre 77, mis en place par la société Vitis, d’une offre fibre triple play, baptisée « Videofutur ». L’opérateur offre à ses futurs clients un mois de forfait, ainsi que les frais d’activation et les frais de raccordement. L’offre proposée fonctionne au moyen d’une box qui permet une vitesse d’accès à Internet jusqu’à 1 Gbps, avec l’accès à de très nombreuses chaînes, dont celles de la TNT. Ainsi, les foyers équipés pourront aussi profiter d’un service de téléphonie comportant des appels à la carte, des chaînes thématiques, et des films à la demande. Le tout pour un forfait facturé 39,90 € par mois. En option, Vitis propose des appels illimités vers la France Métropolitaine, les États-Unis, le Canada, la Chine et Hong-Kong, ainsi que sur les postes fixes de 42 destinations internationales pour 10 € par mois, ramenés à 5 € par mois au cours de la première année.

Cette avancée n’atténuera que très partiellement les récentes critiques émises par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui a publié une récente étude sur l’état du déploiement Internet Haut et Très Haut Débit en France. Cette analyse fait malheureusement apparaître une fracture numérique toujours palpable dans les zones rurales. Celles-ci, qui représentent environ 10 % des consommateurs, peinent encore à obtenir un Internet à Haut Débit de qualité, dont la norme a été fixée à < 3 Mbps. Résultat, dans les communes réunissant moins de 1.000 habitants, de trop nombreux usagers restent encore privés d’accès au Très Haut Débit.

En effet, la technologie VDSL reste encore réservée aux villes et aux zones déjà bien desservies en ADSL. Quant aux réseaux de fibre optique, ils restent à ce jour l’apanage des zones jugées très denses ou considérées comme moyennement habitées.

Les vrais retardataires demeurent pour l’instant la Guyane, la Creuse et la Meuse, qui ne peuvent prétendre qu’à environ 30 % de foyers fournis convenablement. Les efforts fournis par des sociétés comme Covage tendent justement à améliorer cette situation insatisfaisante.