Villes les plus chères du monde : Paris arrive en deuxième position

0
265
villes-cheres-paris

Villes les plus chères : la Capitale classée juste derrière Singapour.

D’après une étude réalisée et publiée dernièrement par le très sérieux cabinet britannique Economist Intelligence Unit, Paris est actuellement la seconde ville la plus chère dans le monde, juste devant Zurich, pourtant connue pour être cossue. Pour établir son classement, le cabinet d’études s’est basé sur le prix moyen constaté de 150 produits consommés couramment, relevé dans les 133 villes qu’il a sélectionnées et observées.

villes-cheres-parisConcernant le prix de l’essence, Paris est la ville qui se retrouve en pole position, avec une moyenne très élevée de 1,33 € pour un litre de carburant. La métropole française se caractérise aussi par une vie qualifiée de « […] extrêmement coûteuse structurellement […]. Un verdict sans appel, qui est en revanche contrebalancé par deux produits récréatifs, à savoir les vins, dont les prix très bas ne reviennent en moyenne qu’à 9 € la bouteille, et aussi le tabac. Comparativement, lorsque qu’on veut boire du vin à Séoul, le précieux nectar s’élève alors à 22 € la bouteille. Paris est également très bien placée en matière de transports en commun, nettement plus économiques que dans les autres capitales européennes. Celles-ci ont l’avantage d’être plus abordables en matière d’alimentation que la plupart des villes asiatiques, mais elles affichent des tarifs plus élevés pour les loisirs, ainsi qu’en ce qui concerne les soins personnels. Déjà classée comme une ville chère depuis 2003, Paris a gravi de nombreux échelons, surtout l’année dernière, se classant alors à la septième place. La fluctuation à la baisse de diverses monnaies, surtout la livre et le dollar, a continué à faire monter la Capitale dans ce palmarès, alors que plusieurs villes américaines, sauf New York, ont quitté le Top Ten. La grande surprise de cette étude est de retrouver Londres seulement classée à la trentième place, malgré les prix astronomiques de son marché immobilier, car la capitale anglaise a été très durement impactée par la baisse de la livre sterling. En queue de peloton, on trouve logiquement Damas, en Syrie, en raison des conflits armés récurrents qui la touche très durement.